Quel lien entre l’eczéma et le stress et comment le diminuer ?

L’eczéma est-il dû au stress ?

De l’eczéma apparaît souvent en cas d’agitation nerveuse. C’est même un des principaux facteurs d’eczéma de l’adulte.

Il faut avoir des prédispositions génétiques mais le stress vient “réveiller” l’eczéma atopique, ou dyshidrosique (vésicules qui se forment sur la peau), ou encore allergique.

Les plaques, à l’instar de l’acné, n’apparaissent pas uniquement sur le visage (comme pour le psoriasis).

Le prurit cutané (ou démangeaisons) vient ainsi créer des lésions (par le fait du grattage) sur le corps des patients atteints de dermatite. 

L’anxiété, quant a elle, est capable de faire remonter les problèmes de peau tels que psoriasis et eczéma atopique.

La peau est un des organes qui réagit le plus aux somatisations.

C’est l’organe émotionnel par excellence, ce qui peut occasionner de nombreuses réactions, de partout sur le corps, notamment au visage. 

Le cercle vicieux de la maladie..

Le problème de l’eczéma dû au stress, c’est qu’on rentre dans un cercle vicieux, qui devient chronique.

On essaye de ne pas se gratter, mais on n’y arrive pas, on se gratte, cela nous rend nerveux, et les poussées d’eczéma se font plus violentes. 

Les dermatologues se sont intéressés il y a peu au stress nerveux, et ont constaté que cela faisait de plus en plus de dégâts au niveau cutané (eczéma, psoriasis..etc).

Il déclenche souvent une série d’évènements qui vont avoir un impact sur les organes et bien entendu notre très chère barrière cutanée !

Quand on rougit, ou on palit ou lorsque nos poils se dressent sur notre peau, c’est bien dû à un évènement, et nous avons tous connu ça.

L’état de nervosité chronique est la maladie du XXIe siècle, et nous apprenons petit à petit les conséquences qu’il peut avoir à long terme, y compris chez les plus jeunes.

Les manifestations du stress sont différentes chez les petits

Chez les petits, les symptômes ne sont pas les mêmes que chez les adultes : il sera fatigué, irritable, changera d’humeur, pourra faire des cauchemars, avoir des réactions non ordinaires…etc.

C’est assez difficile a détecter. 

Cela peut arriver dans n’importe quel moment de la vie, mais souvent se manifeste à des évènements marquants. Parfois cela peut simplement venir d’un évènement récurrent qui avec le temps, crée une angoisse.

Les traitements contre la dermatite atopique sont nombreux

Un médecin dispose de nombreux traitements contre l’eczéma, mais trop peu contre le stress.

Un dermatologue pourra vous prescrire des corticoïdes pour contrer l’inflammation de la peau qui cause les démangeaisons de l’eczéma ainsi qu’une crème pour bien hydrater votre peau, et prévenir les poussées d’eczéma. 

Des crèmes hydratantes aux dermocorticoides pour les lésions cutanées

Il y a de nombreuses crèmes que vous pouvez trouver en pharmacie pour bien hydrater votre peau et la nourrir en profondeur.

Elles ne sont pas remboursées par la sécurité sociale, seules les crèmes contenant des corticoïdes le sont. Il est important de maintenir une bonne hydratation de la peau avec de bons émollients, et de travailler sur votre bien-être, si vous suspectez que cela puisse venir de ça. 

Les conséquences néfastes du stress chronique

En plus de causer de l’eczéma, le stress a d’autres conséquences toutes plus négatives les unes que les autres : hypertension, troubles de la mémoire, asthme, troubles anxieux, maux de tête, infections, ulcères…etc. 

Les médecins généralistes prennent de plus en plus conscience des problèmes chroniques que peut engendrer cet état émotionnel sur la durée.

Les symptômes sont parfois quasiment invisibles, et tellement nombreux qu’il est difficile à diagnostiquer, mais les plus courants sont les suivants : sensation d’oppression de la cage thoracique, palpitations cardiaques, apparition de réactions cutanées, douleurs sur le visage (notamment le front) ou dans les épaules.

Cela entraine des conséquences psychologiques sur le long terme, surtout lorsqu’il est associé à un eczéma (dépression). 

Et cela peut donc exacerber un eczéma. Un dermatologue pourra vous prescrire une crème émolliente pour entretenir la barrière lipidique de la peau, mais n’ira pas jusqu’à prescrire un médicament contre le stress. 

Détecter le stress chez l’enfant

Il est important de bien l’observer en premier lieu :  lorsque sa dermatite atopique ressort, observez-vous une attitude psychologique différente ? Observez-vous des tensions apparaître sur son visage ? 

Avant d’utiliser des médicaments, il est préférable de vous pencher vers des solutions alternatives et plus douces. 

Pour cela, vous avez toute la sphère des thérapies pour vous apaiser ou apaiser votre enfant. Et vous avez également des compléments alimentaires, ou des traitements alternatifs tels que l’homéopathie. 

Pour les enfants, on peut envisager de la musicothérapie, de la relaxation, voire même la méditation (il existe des applications), l’art thérapie également. 


Quels moyens pour retrouver la sérénité et réduire l’eczéma atopique ?

La “slow life” pour revenir à une vie plus calme 

La slow life c’est un courant qui arrive des USA, promouvant le fait de ralentir. En effet dans nos vies d’adulte, on est habitués à aller vite. Tout va toujours plus vite, surtout avec les technologies qui avancent. 

On mange plus vite, on se déplace plus vite, on consomme plus vite. Tout s’accélère. Et bien la slow life est un mode de vie qui prône la lenteur. 

Dans le courant de la slow life, il y a la slow cosmétique. L’art de faire soi-même ses cosmétiques.

Cela a entre autres l’intérêt de réduire son exposition aux perturbateurs endocriniens, ainsi qu’aux allergènes qui pourraient être présents dans les cosmétiques industriels. 

La cohérence cardiaque 

La cohérence cardiaque a vu le jour il y a une quinzaine d’année, par des chercheurs en neurocardio américains. Le cerveau émotionnel envoie des messages au coeur pour qu’il s’adapte aux émotions et évènements vécus.

Jusque là, tout est normal. Quand on vit un un danger, le cerveau envoie un message au coeur, et il bat plus vite pour mieux alimenter le corps en sang afin de mieux s’oxygéner pour pouvoir fuir et mieux gérer.

Le truc bien, c’est que ça marche aussi à l’inverse, et que si l’on parvient à contrôler son coeur (à le calmer disons plutôt), alors on peut calmer ses émotions … et donc son stress.

Et lorsque l’on pratique la cohérence cardiaque, il y a un changement hormonal : baisse du cortisol (hormone du stress), et montée de la DHEA (hormone de la jeunesse).

Il existe l’application Respirelax sur mobile pour être mieux guidé.

La méditation efficace dans de nombreuses situations

La méditation s’avère être de plus en plus utilisée par la société occidentale, et déjà au coeur de la pratique bouddhiste (et hindouiste). Elle vise à produire la paix intérieure, la vacuité de l’esprit, l’apaisement progressif du mental voire même une simple relaxation.

La méditation réduirait en outre le risque de rechute dépressive.

Certaines études scientifiques (1) ont démontré que la pratique de la méditation à côté d’un traitement médical classique est bénéfique dans la rémission de maladies : diminution des douleurs chroniques, amélioration des défenses immunitaires et des effets du traitement thérapeutique classique.

On a récemment constaté grâce à notre technologie médicale, que l’état méditatif permet d’obtenir des ondes cérébrales similaires à celles du sommeil profond. 

Comment méditer ?

C’est très simple (beaucoup plus qu’il n’y paraît) : il suffit de s’assoir dans une pièce au calme (assurez-vous de ne pas être dérangé).

Un des meilleurs conseils : concentrer son attention sur quelque chose (une image dans votre tête comme une flamme, une bougie, une pierre, un arbre…), et respirer profondément.

Le but, c’est de ne penser à rien. Pour ça, il faut simplement chasser les pensées qui arrivent. Par exemple, si vous pensez à quelque chose soudainement (ça arrivera, surtout au début et c’est normal), il suffit de ne pas rester bloqué dessus pendant plusieurs secondes, mais de le faire partir.

L’activité physique

Le sport est un excellent moyen pour améliorer le bien-être, et améliorer votre système immunitaire, afin de combattre les maladies. En effet, des études (2) ont prouvé que le sport était bénéfique pour la santé et notamment contre le stress.

Car pendant une séance de sport, le corps sécrète des hormones : les hormones du bien-être, les endorphines. Votre degré d’anxiété en est diminué et votre sommeil est amélioré.

Le cerveau sécrète également de la dopamine, un neurotransmetteur, qui explique l’état de plénitude ressenti après une séance. Cela permet de lutter contre l’anxiété chronique de façon globale. 

Elle limite grandement les conséquences du stress

Le sport limite les conséquences du stress au niveau cardiovasculaire et diminue le stress, a partir de 3 fois 30 minutes par semaines, les résultats sont bel et bien visibles.

Si vous êtes de nature nerveuse et que votre eczéma est de sortie, faites du sport.

De plus, vous constaterez d’autres changements aussi au niveau de votre énergie, de votre bien-être, de votre santé et de votre bonheur.

Ne faites pas l’erreur d’agir uniquement sur le stress

Les patients atteint d’eczéma atopique (ou de psoriasis) ont tendance à vouloir régler une seule des causes. Et donc à demander à leur médecin un traitement qui pourrait diminuer leurs plaques.

Or, il est de bon conseil de travailler sur toutes les causes potentielles de la maladie :

  • réduire les démangeaisons grâce à certains produits en appliquant un corticoide sur les lésions de la peau
  • diminuer l’exposition aux allergènes
  • utiliser une bonne crème sans trop de conservateurs et perturbateurs endocrinien (certaines peaux absorbent tout)
  • utiliser certaines huiles végétales pour graisser la peau

Sources :

(1) Meditation: In Depth https://www.nccih.nih.gov/health/meditation-in-depth

(2) Exercise for Mental Health : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1470658/

Avant de partir, partagez cet article ❤️


Ces articles peuvent également vous intéresser :


✅ Laissez un commentaire

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>

Dans quel cadre venez-vous sur ce site ?