avril 9

1 comments

Eczéma à la main : comprendre et traiter cette affection de la peau

Lorsque l’on parle d'eczéma de la main, on pense souvent au prurit, et à l’inflammation cutanée qu’il faut calmer. C’est vrai … en partie.

Nous allons donc voir dans ce guide, comment faire en sorte de calmer nos démangeaisons, d’autant plus lorsqu’elles sont sur la main.

Généralement, les plaques de se situent dans les plis des coudes, des genoux. Je dis bien « généralement ».

Cependant, dans certains cas, il arrive qu'elles soient totalement recouvertes de plaques, et de crevasses, nous empêchant ainsi de faire beaucoup de choses du quotidien...

L’eczéma est très handicapant, à vivre tous les jours, mais il l’est encore plus lorsqu’il est sur sur certaines zones...

Voici donc les choses à savoir concernant cette affection.

Comprendre d'où la dyshidrose tire son origine

Premièrement, tous les professionnels pourront vous le certifier, il n’est pas du tout contagieux. C’est une inflammation du derme, en réponse à un élément qu'il ne reconnait pas.

De nombreuses explications existent : certains parlent d’une maladie auto-immune, d’autres d’une réaction allergique. Dans les deux cas, c’est une réponse du système immunitaire, à quelque chose qu’il ne reconnait pas.

S’en suit donc une inflammation pour réparer le tissu.

Le problème, c’est qu’il n’est pas continu mais qu’il marche par « poussées ».

C’est une peau qui est plus sèche que la normale, ce qui favorise l’apparition des dermites, crevasses, et du prurit.

Des plaques rouges apparaissent. Plusieurs possibilités : elles peuvent être sèches, ou suinter. Elles peuvent avoir des vésicules ou non.

La sècheresse de base se traduit par des fissures sur les doigts. Et lorsque l’on doit plier ses doigts, cela se transforme en crevasses très douloureuses.

Cette sècheresse s’empire lorsque l’on doit se laver les mains. Car le savon agresse les cellules du derme. Nous reviendrons plus tard sur les solutions possibles à ce sujet.

Il y a, avec ceci, l'envie de se gratter au sang.

Les causes possibles selon les médecins 

Avant de se lancer dans son traitement, il faut déjà d’essayer de comprendre d’où il a surgit. Ce n’est pas chose facile tant il est multi-factoriel.

La première cause, c’est déjà le terrain atopique. Le terrain atopique c’est le fait d’avoir un derme anormalement sec de manière générale. D’être obligé de se mettre des lotions hydratantes très souvent.

Je me souviens, étant petit, comment j’avais du mal à supporter le fait de sortir de la douche sans pouvoir me badigeonner immédiatement. Crises de nerf assurées lorsque j’allais à la piscine et que j’oubliais la sacro-sainte lotion hydratante.

Donc première cause c’est notre terrain, hérité de nos parents. Souvent, un des deux parents transmet ses gènes.

Première cause : la génétique ?

La peau atopique est effectivement génétique. C’est la mauvaise nouvelle. Cependant, la bonne nouvelle c’est que l’on parle de plus en plus d’épigénétique.

L’épigénétique c’est l’expression des gènes selon leur environnement. On peut avoir une génétique propice à l’atopie, sans pour autant la développer si l’on évolue dans un environnement « sain ».

Nous en reparlerons plus tard dans la suite de ce guide.

Seconde cause possible de l’eczéma dishydrosique : les contacts avec les allergènes.

Effectivement, nos mains sont le plus en contact avec l’environnement. Si nous rentrons en contact avec un élément que nous ne connaissons pas, alors il est fort probable que la réaction d’inflammation s’enclenche.

Fonctionnement de la réponse allergique

Lors du premier contact avec cet élément, il se dépose sur notre barrière cutanée qui va être sensibilisée à cet élément étranger. Parfois, il ne suffit que d’un seul contact pour être sensibilisé, parfois il faut des contacts répétés avec l’allergène.

Ensuite, toute exposition avec cet élément enclenche une réaction du système immunitaire.

Celui-ci est sensé réagir aux éléments étrangers tels que les virus et bactéries, pour les neutraliser et permettre ainsi à l’individu de rester en forme. La réponse allergique, c’est une réponse à élément étranger à priori inoffensif.

Celles-ci se développent de plus en plus avec nos habitudes actuelles. Les causes ne sont pas encore bien comprises, nous y reviendrons plus tard.

Selon l’Inserm, les allergies sont causées soit par les anticorps, soit par les lymphocytes T. Les anticorps sont des protéines qui vont se fixer à un antigène, afin de le neutraliser. (Les fameux IgE dont on parle assez souvent).

Les lymphocytes T quant à eux vont venir détruire les cellules dites « infectées ».

Que faire ?

Pour parer ce problème allergique, la première chose à faire est donc de réaliser des tests sanguins pour déterminer si nous sommes allergiques. On peut déjà aussi essayer de voir avec quoi les zones touchées entrent régulièrement en contact et essayer l’éviction de ces contacts, une à une voire si cela s’améliore.

Si au bout de quelques semaines, vous n’avez pas plus de résultats en ayant essayé de tout éliminer, alors, vous pouvez faire un test d’allergie en laboratoire.

Liste des allergènes les plus courants :
  • Métaux comme Nickel et Cobalt
  • Caoutchouc (et donc latex)
  • Parfums
  • Conservateurs

Application Yuka pour en savoir plus sur les composants des cosmétiques.

Ils se trouvent peut-être dans les baumes que vous utilisez, ou les savons. Il est possible d’en savoir un peu plus parmi tous les ingrédients au noms barbares avec l’application Yuka.

A noter que certaines allergies sont déclenchées avec le combo Allergène + Soleil. On parle alors de dermatite de contact phototoxique.

Elles se déclenchent au moment où l’individu a touché la substance et s’est exposé au soleil.

Voici la liste :

  • Écrans solaires
  • Lotions après-rasage
  • Certains parfums
  • Certains antibiotiques locaux
  • Goudron de houille
  • Huiles
  • Plantes

3eme cause possible : l’irritation.

Une autre cause possible est l’irritation. Il ne s’agit pas d’allergie à proprement parler, mais d’un produit irritant que l’on met régulièrement qui crée un effet inflammatoire.

C’est le cas lorsqu’une lésion est causée par une substance chimique, telles que les acides, les solvants, les savons, détergents, ou certaines plantes… C'est la première chose dont vous parlera votre dermatologue.

La solution consiste tout simplement également en l’éviction de ces substances chimiques causant ces lésions chroniques. L’irritation peut avoir lieu immédiatement ou alors après plusieurs expositions, même dans le cas de détergents doux par exemple.

« La dose fait le poison »

Chaque personne a bien évidemment un seuil de tolérance différent. Il est important donc de limiter, voire de totalement éliminer les irritants possibles en premier lieu.

Il faut comprendre que l’eczéma irritatif qu’il soit sur la paume, les doigts, apparaît lorsque l'on utilise des substances dites caustiques. Ce sont des substances qui dégraissent (pensez également au produit vaisselle par exemple).

Il est préférable d’évincer les irritatifs plutôt que de rajouter de la graisse, à terme, cela a bien plus d’effet.

Il faut faire revenir les tissus à l’homéostasie, c’est-à-dire l’état d’équilibre, et pour cela rien de mieux que le repos. L’efficacité est bien plus élevée si l'on se repose plutôt que si l’on compense notre défaut.

En outre, nous avons un microbiote cutané, et certaines études ont démontré que l’eczéma provient également d’un déséquilibre du microbiote, avec une bactérie qui prend le dessus, et crée les plaques : le staphylocoque auréus.

Nous y reviendrons dans la suite de l’article plus en détails.

Est-ce que l'eczéma est contagieux ?

Etant donné que certaines maladies de peau sont contagieuses, comme le zona ou la varicelle, nous sommes en droit de nous poser la question : est-ce que je peux le transmettre ?

On pourrait avoir peur de le transmettre à nos proches.

De plus certaines personnes peuvent aussi avoir certaines réflexions bizarres, et ne pas vouloir s’approcher en pensant qu’elles pourraient l’attraper. Sachez que seule leur bêtise se transmet dans ce cas.

La réponse est simple et formelle : bien que l’eczéma ne soit pas du tout esthétique, il n’est absolument pas contagieux.

Si vous en avez, peu importe la forme, ou l’endroit, vous n’avez rien à craindre à ce niveau, vous ne contaminerez personne d’autre. Il n’y a que la mauvaise humeur liée à cette affection du derme qui pourrait éventuellement, se transmettre.

Selon La Mutuelle Générale, les maladies contagieuses sont des maladies dues à des infections bactériennes, virales, de parasites ou de champignons.

Bien que les dernières avancées montrent que la bactérie staphylocoque auréus serait plus présente chez les patients atteints d'atopie, il n’est pas entièrement dû à ça, mais est d’ordre génétique. On parle de maladie chronique ou encore de maladie de civilisation.

L’eczéma est un signal de l'organisme

Il existe différents niveaux de sévérité. Si vous n’avez que de petits symptômes, alors quelques changements dans votre alimentation, ou une simple éviction des allergènes ou irritants sera suffisante.

S'il est plus élevé, et que vous avez déjà essayé ce que nous venons de vous exposer, alors il est impératif de creuser plus loin.

A noter tout de même que si vous n’avez que de faibles symptômes, qui s’en vont avec une éviction des allergènes, par exemple, il est fort probable que cela revienne par la suite avec plus de sévérité.

Il faut comprendre que l’inflammation est un signal. Peu importe où elle est située (même si elle est sur le pied, le visage, le corps...etc). Il y a actuellement un déséquilibre, et il faut le prendre en compte pour rectifier le tir, sous peine que cela empire par la suite.

Ne pas prendre en compte ce signal, c’est comme rouler en voiture avec un voyant orange allumé, et simplement débrancher le câble qui allume ce petit voyant pour ne plus l’avoir en vue. Le problème est toujours là, mais on le cache.

C’est ce que l’on appelle la politique de l’autruche.

Il est bien plus efficace, et sain, de prendre ceci en considération, et de prévenir plutôt que de guérir le patient.

Donc, selon moi, il est impératif, dans tous les cas, de creuser plus loin et de prévenir au maximum (notamment avec la notion d’épigénétique que nous aborderons plus tard).

S'il est sévère, il est impératif de commencer maintenant à creuser dans le détail (et bien entendu d'aller voir un dermatologue), si vous êtes un patient atteint avec un niveau un peu moins sévère, vous avez plus le temps, mais autant le faire maintenant plutôt que dans l’urgence.

Votre organisme est bien fait, et répond de la meilleure manière qu’il soit pour vous faire comprendre que quelque chose ne va pas. Cela peut-être l’alimentation, la pollution, les émotions…

Il est donc nécessaire d’entamer un processus de recherche, et d’amélioration de vos habitudes, pour pallier à ce genre de problème.

Si vous ignorez ce genre de problème, alors il va chercher à vous le faire comprendre avec des maux de plus en plus sévères, et il vous faudra de plus en plus de temps, et de modifications drastiques de votre hygiène que si vous avez anticipé.

Les crèmes utiles pour le calmer 

Les traitements allopathiques

Les pommades a base de corticoides

Celles qui sont les plus souvent utilisées et prescrites par les médecins, sont les dermocorticoides. Elles ont un effet anti-inflammatoire, et sont très efficaces.  On applique localement lorsque les plaques sont déjà formées, elles ont un effet curatif.

En France, ces produits sont remboursés par la sécurité sociale. Leur impact a été prouvé efficace assez rapidement. 

On retrouvera Diprosone, Locapred, Locoid, Betneval….

L’utilisation de ces pommades peut entrainer des effets secondaires à long terme tels qu’une atrophie de la peau, des éruptions, une dermite péri-orale sur le visage, des infections secondaires…

Elles peuvent, en utilisation prolongée, et quotidienne entrainer ce que l’on appelle le Red Skin Syndrome (RSS, ou encore TSA, ou TSW en anglais). C’est un véritable calvaire à vivre, et à s’en débarrasser une fois arrivé ici. Comme nous en parlions, il est important de trouver l'origine du problème.

Les émollients de laboratoire

Ensuite, en préventif, il y a les émollient, créés par les laboratoires connus comme Aderma, Ducray, Bioderma, Laroche Posay…

On les trouve en pharmacie, et elles ne sont pas remboursées pour les patients. Ce sont généralement celles que l’on met en sortant de la douche. Les dermatologue recommandent 30g par jour pour un adulte.

A savoir que lorsque je faisais très attention à mes habitudes (quand j’ai décidé de me débarrasser de mon eczéma), je n’avais plus besoin de m'hydrater après la douche. La sensation de sécheresse n’était plus présente.

Une crème émolliente amollit le tissu.

J’utilise personnellement Aderma Exomega Control, qui me correspond. N’oubliez pas de tester vos cosmétiques avec l’application Yuka, il suffit de scanner le code barre.

Car certaines de ces cosmétiques ont – tout comme nos aliments – des conservateurs, et autres agents chimiques qui sont cancérigènes, ou simplement sont des perturbateurs endocriniens.

Et les enfants ?

Pour un enfant, vous devez faire attention à ce que vous lui donnez et non pas seulement lorsqu'il a une poussée.

Consultez un professionnel en dermatologie d'abord. Il vous parlera déjà de faire très attention à la toilette : bonne hydratation (il faudra trouver la formule qui vous convient le mieux : beurre de karité, crème, lait, baume..etc), régulièrement. 

Faites attention, également, à ne pas lui donner un bain trop chaud. Car la chaleur altère la barrière lipidique (d'autant plus avec le chlore présent). Ce sont déjà de bons réflexes à avoir pour vos enfants. 

Cela fonctionnera où que soient situés les lésions, bien généralement dans les poplités, mais parfois sur les jambes, les pieds aussi... 

Le permenganate de potassium

Le permanganate est utilisé en bain, particulièrement pour l’eczéma dyshidrosique. Il est a diluer dans dans une solution aqueuse.

C’est un bain antiseptique, qui va désinfecter, assécher et soulager.

Cette solution, à l’air de fonctionner sur le court terme. Cependant, à ne pas privilégier, car elle agresse, et assèche le derme, ce qui sur le long terme n’est pas bénéfique.

Effectivement, il est important d’équilibrer son organisme plutôt que de traiter efficacement sur le court terme et d’en oublier ce qu’il se passera à plus long terme.

Crèmes à base de plantain

J'utilisais celle-ci

Le plantain est une plante qui fait partie de la famille des plantaginaceae, constituée de flavanoïdes, tanins, d’acide silicique, et de vitamine C majoritairement.

C’est un anti-inflammatoire, ainsi qu’un anti-histaminique. Les histamines sont un vecteur d’allergies.

Elle est minéralisante.

Certaines pommades contiennent désormais du plantain car elle a un effet certain sur l’eczéma. J’avais par un moment utilisé une solution a base de plantain, que l’on trouve en pharmacie, avec une certaine réussite.

Bien sûr, comme je le dis, et le répète, il faut travailler sur l’hygiène pour s’en débarrasser sur le long terme, et mon utilisation du plantain prouve ceci, car l’eczéma est ensuite revenu. 


Les traitements naturels sont de plus en plus en vogue

Les huiles végétales pour calmer les irritations sur les doigts

Enfin, vous avez également les huiles végétales, venant de la nature. Elles sont naturellement grasses.

L'émollient hydrate, et graisse en même temps. Dans le cas d’une huile, ce n’est que de la graisse.

Est-ce important d’hydrater ?

Il faut savoir que nos cellules sont composées de graisses et d’eau. Le problème des atopiques, c’est que les cellules du derme étant trop « écartées » ; elles laissent passer l’eau, car elles manquent de graisses.

Normalement, la douche amène de l’hydratation, et surtout, l'organisme sait synthétiser de l’eau à partir de graisse. 100g de graisses apportent 107g d'H20.

Donc les graisses sont importantes, oui, et certaines personnes réagissent bien uniquement à l’application d’huiles végétales, bien qu'un médecin préférera vous parler d'émollients. 

Les huiles végétales les plus utilisées

  • nigelle

  • millepertuis

  • coco

  • Calendula

  • Calophylle inophyle

L'huile de nigelle

Egalement appelée huile de cumin noir. Elle est anti-inflammatoire, antiseptique, antibiotique, et antifongique. Elle est cicatrisante, et anti-oxydante. Elle contient des anti-histaminiques, ainsi que des vitamines et minéraux.

Le point négatif des huiles végétales pour c’est que les mains restent grasses, donc on a tendance à en mettre un peu de partout.

Mes conseils : mettre ensuite des gants en soie, bien qu’ils vont absorber une partie de l’huile. Le mieux étant d’en mettre surtout au moment où l’on n’a pas besoin de toucher quoi que ça soit, par exemple le soir devant sa série préférée.

Il est nécessaire de tester celle qui vous correspond le mieux. Appliquez de petites quantités, et voyez comment votre vous réagissez.

L’aloé verra : est-ce un bon traitement naturel ?

On entend souvent parler de gel d’aloé vera (appelé également aloes), qui contient de très nombreuses vertus.

Il est possible d’en prendre soit en application locale sur les lésions, ou bien par voie interne sous forme de jus d’aloé (ou en salade).

L’aloes a des vertus de réparation de l’inflammation, c’est pour cette raison qu’en interne il est également très favorable à l’eczéma, car il va agir directement sur les parois intestinales souvent enflammées.

La plante agit sur la plupart des démangeaisons, calme les irritations et sensibilités. Elle permet de cicatriser plus vite, et va même digérer les cellules mortes. Elle contient plus de 80 nutriments différents et un très grand nombre de principes actifs.

La meilleure façon de « consommer » l’aloes

Vous trouverez des jus d’aloes en magasin bio, ou en ligne. Il en va de même pour les cosmétiques. C’est une bonne façon de consommer de l’aloé.

Cependant le mieux est d’en avoir en feuilles. Il faut ensuite extraire sa chair, et consommer le gel présent à l’intérieur. Vous n’aurez qu’à le mixer pour pouvoir l’appliquer ou le consommer en jus (avec un jus de fruits ou de légumes par exemple).

Les feuilles sont difficiles à trouver, mais c’est de plus en plus facile notamment en magasin bio.

L’alimentation a-t-elle un impact ?

Comme on en a parlé dans la première partie de ce guide, on peut trouver des solutions allopathiques et naturelles à nos problèmes de peau, mais celles-ci sont court terme.

Elles vont fonctionner, mais quelle que soit la gravité de votre eczéma, nous pensons qu’il est important de travailler sur votre hygiène globale, et votre alimentation, pour penser long terme.

Si vous vous blessez, et que vous faites un bandage, vous pouvez continuer de faire ce qui vous a blessé, et continuer les bandages, mais sur le long terme, vous aurez des infections, et cela ne fera qu’empirer.

Le mieux, c’est donc d'aller chez votre médecin et d’arrêter l’action qui vous a fait vous blesser.

De faire différemment.

Si l’eczéma est apparu, ce n’est pas à cause de votre génétique, nous en reparlerons juste en dessous.

Comprendre le rôle du microbiote intestinal pour la dyshidrose

De plus en plus étudié, le microbiote est l’ensemble de votre flore intestinale. Il faut savoir qu’il est maintenant considéré comme un organe à part entière. Il y a plus de bactéries qui le composent, que de cellules dans tout l'organisme.

Il pèse à lui tout seul environ 2 kgs…

Et nous nous rendons compte qu’il est très important et joue un rôle majeur dans la santé. Et particulièrement pour la l'inflammation.

Certaines études scientifiques parlent de plus en plus des liens entre le microbiote intestinal et cutané.

Bien qu’il n’y ait pas encore de preuve scientifique vraiment pertinente (i.e réalisée à grande échelle), on dénote tout de même dans cette méta étude que les résultats sont très encourageants. De plus en plus de médecins commencent à s'y intéresser de très près.

De ce que j’ai pu observer de mon côté, j’ai vu de nombreuses personnes aller mieux en prenant soin de leur microbiote, avec leurs maladies chroniques.

Alors, le microbiote c’est quoi ?

Ce sont les bactéries qui composent notre flore. Elles sont logées dans le colon principalement, et interagissent avec ce que nous mangeons. Pour vivre, elles vont parfois fermenter, ou encore putréfier, ce qui fait que nous aurons des gaz odorants ou non.

Elles sont essentielles et nous ne pouvons nous en passer, car elles vont également lutter contre les éléments étrangers, ou les mauvaises bactéries.

Il y a les probiotiques et les bactéries pathogènes. On parle de bactéries, mais il faut savoir qu’il n’y a pas que des bactéries, nous avons également des champignons. Il serait plus approprié de parler de micro-organismes.

Certains nous sont bénéfiques, d’autres non. Et ceux qui nous sont bénéfiques (les probiotiques) vont nous aider à combattre les éléments étranger, à mieux digérer, et vont même dégager certaines substances nous étant utiles.

On parle de dysbiose lorsque le microbiote n’est plus équilibré, et que les bactéries pathogènes empêchent les probiotiques de nous servir correctement.

Pourquoi est-on en dysbiose ?

Il y a de nombreux facteurs amenant à la dysbiose tels que la naissance par césarienne (c’est personnellement mon cas) car le fait de passer par la vagin recouvre le bébé de la flore vaginale de la maman qui va ensuite pouvoir se développer dans les intestins car le bébé en ingère une partie.

Mais ce n’est pas tout, la prise d’antibiotiques répétée tue également tous ces micro organismes, car elle ne cible par les mauvaises bactéries.

Egalement, d’autres facteurs dont on parle de plus en plus comme le stress ; la pollution et bien entendu l’alimentation.

Comment aider son microbiote ?

Le sujet est vaste et complexe, et chaque microbiote est différent. Le mieux étant de mettre en place une recherche profonde sur ce qui peut nous aider (ce que nous faisons dans notre programme En finir avec l'eczéma en 90j, par exemple).

Les probiotiques

Déjà, ce que vous pouvez faire, c’est d’ajouter des probiotiques à votre alimentation. Les probiotiques sont contenus dans les aliments fermentés :

  • Les cornichons
  • Le kefir (de fruit ou de lait)
  • Le kombucha
  • Le tempeh
  • Le yahourt (préférablement de brebis ou chevre nourrie à l’herbe)
  • Choucroute crue
  • Carottes lacto-fermentée
  • Vinaigre de cidre de pomme
  • Miso
  • Kimchi

Il est possible de faire cela soit même, notamment les légumes lacto-fermentés, le kéfir…

Enfin, vous pouvez également opter pour une supplémentation en probiotiques, pour en avoir directement des grandes quantités. Les souches les plus intéressantes en cas de dermatites sont les suivantes :

It seems that high doses (3-50 billion CFu/d) of Lactobacillus rhamnosus, Bifidobacterium lactis and Lactobacillus acidophilus probiotics in single or multi-strain formulations currently hold the most promise for prevention and treatment of eczema[...]. Lien.

Il semble que de hautes doses (3 à 50 milliards d'UFC) des souches de probiotiques Lactobacillus rhamnosus, Bifidobacterium lactis et Lactobacillus acidophilus seules ou composées offrent le plus de promesses pour la prévention et le traitement de l'eczéma

En doses élevées, on parle ici en UFC (Unité Formant Colonie). Il faudrait donc entre 3 et 50 milliards d’UFC de ces souches. Il n’est donc pas idiot de se supplémenter, et d’ajouter les aliments sus-cités à son alimentation.

Les prébiotiques 

De plus, il y a également un autre levier très intéressant, ce sont les prébiotiques.

Les prébiotiques sont des fibres solubles.

Il existe deux types de fibres : les solubles et … les insolubles. Les fibres solubles sont utiles à notre microbiote puisqu’elles viennent le nourrir. Et on a tout un tas de raison de penser, qu’un microbiote bien nourri est en bonne état de fonctionnement.

Certaines institutions du microbiote telle que l’ISAPP recommande une dose thérapeutique de 36g de prébiotiques par jour. A savoir que nous en consommons environ 15g en moyenne.

Il faut donc, au dela d’une supplémentation qui est également sensée, d’en ajouter à son alimentation.

Il y a plusieurs types de prébiotiques :

  • les GOS (Galacto-Oligosaccharides),
  • les FOS (Fructo-Oligosaccharides),
  • les XOS (Xylo-Oligosaccharides).

On parle souvent de l’inuline qui est effectivement un prébiotique, mais qui peut à dose élevé, provoquer des inconforts intestinaux.

Il est très intéressant d’ajouter des fibres dans votre assiette, et plus particulièrement ces aliments qui sont riches en prébiotiques.
Aider son microbiote

La surcharge des émonctoires

En naturopathie, il est question d’organes émonctoires. Ces organes sont là pour évacuer les toxines qui sont naturellement produites par le simple fait d’être vivant.

En effet, en vivant, nous produisons des toxines. En respirant, nous produisons des toxines, etc…

C’est tout à fait normal, et prévu par l’organisme. Pour évacuer ces toxines, l’organisme a des organes dit émonctoires, que sont les poumons, les reins, les intestins et la peau.

Le foie joue un rôle de filtre majeur dans les problèmes allergiques, également.

Ces organes sont donc utiles pour procéder à l’évacuation des toxines, par les urines, la transpiration, la respiration, et les selles… Le foie va filtrer et surtout transformer certaines molécules pour qu’elles soient moins toxiques pour l’organisme.

Sauf qu’avec le temps, les émonctoires peinent de plus en plus à traiter toutes ces toxines qui s’accumulent. On dit qu’ils se surchargent.

En effet, avec nos modes de consommation actuels, il est difficile pour eux de rester efficaces, et surtout de ne pas se faire déborder.

Comme si en ville, la population se mettait d’un coup à produire plus de déchets que le système sanitaire pourrait traiter : petit à petit, une accumulation se ferait sentir, et c’est là où il y aurait des dégâts sanitaires…

C’est la même chose dans l'organisme.

Entre la pollution, l’alimentation actuelle qui ne nous nourrit plus, le manque de sommeil, le stress permanent, les ondes, les antibiotiques… tout le système est mis à mal.

Les toxines ne peuvent pas s’évacuer normalement, et les problèmes commencent à arriver. Les intestins sont de plus en plus poreux, ce qui signifie qu’ils laissent passer dans le milieu intérieur des agents qui ne devraient pas.

Les parois intestinales s’enflamment, l’absorption des nutriments ne se fait plus correctement. Le foie s’engorge, et ne peux lui non plus, plus travailler correctement, et les reins pareil. Le relais est tant bien que mal passé à la peau.

Il est donc important de bien prendre soin de ces organes, d’une part, par l’alimentation, mais aussi en les purgeant doucement, de manière régulière.

Avant de le faire, toute fois, veillez à ne pas être en sous vitalité. Et faites-le dans le bon ordre, par exemple, si vous nettoyez votre foie avant votre colon, il se peut que vous réabsorbiez les toxines en cours d’évacuation.

C’est ce que nous mettons en place dans le programme d’accompagnement : un suivi au démarrage pour s’assurer que vous n’êtes pas en sous vitalité, et pour s’adapter à vos besoins.

Les émonctoires

L’épigénétique

L’épigénétique, c’est l’expression des gènes dans leur environnement. En génétique, on dit qu’un gène peut être allumé ou éteint (actif ou inactif, exprimé ou réprimé aussi).

Les cellules modifient leur comportement en fonction des informations qu’elles reçoivent. Sans affecter la séquence de nos gènes, les différents signaux que reçoit la cellule peuvent modifier leur expression.

Ils peuvent, en quelque sorte, devenir actifs ou inactifs selon ces signaux. Et notre façon de vivre (alimentation, tabagisme, exercice physique…etc) est un signal sur l’environnement de nos gènes.

Il est maintenant connu que l’eczéma est fortement influencé par la génétique. Cependant, la bonne nouvelle, c’est qu’on peut avoir les gènes qui déclenchent une atopie, mais qu’ils peuvent donc rester éteints. C'est le cas de toutes les maladies chroniques.

Voir le site de l'inserm pour en savoir plus.

Que faut-il faire ?

Il faut prendre soin de son environnement, c’est-à-dire de notre organisme. Nous ne pouvons pas changer notre génétique, mais par contre, nous avons le pouvoir d’allumer ou d’éteindre certains gènes (sans toute fois pouvoir choisir).

L’important est donc de rétablir un bon environnement, et pour ce faire, une bonne alimentation.

Manger sainement, faire du sport, purger ses organes…etc.

Les oméga-3

Les oméga-3 sont des acides gras essentiels, nécessaires au bon fonctionnement du corps humain, que nous ne synthétisons pas nous-même. Ce sont des acides gras dits polyinsaturés.

Il existe également d’autres types d’acides gras tels que les mono-insaturés (Oméga-9), ainsi que les graisses saturées. 

Deux types de graisses polyinsaturées : les Oméga-3 et les Oméga-6. Nous en consommons à priori suffisamment dans notre régime traditionnel (si vous faites déjà attention à votre alimentation), cependant, il faut respecter un certain ratio entre les Oméga-3 et les Oméga-6, pour un fonctionnement optimal.

Et c’est souvent là que cela pose problème : nos ratios ne sont pas corrects.

Les 3 principaux types d’Oméga-3 :

L’acide alpha-linoléique (ALA)

Il est – à priori – le seul a être essentiel car à partir de l’ALA, nous sommes capables de synthétiser du DHA ainsi que de l’EPA, cependant en très faibles quantités.

L’acide docosahexaénoïque (DHA)

C’est un composant très important du derme et de la rétine. Il est vital pour le développement et le fonctionnement du cerveau. C’est le DHA qui est intéressant pour les problèmes de cholesterol (réduisant le LDL, le « mauvais cholesterol »).

Il améliorait également les problèmes cutanés (etude scientifique)

L’acide eicosapentaénoïque (EPA)

Selon les chercheurs, il aurait des propriétés anti-allergies, ainsi que sur la dépression et le système nerveux. Comme son cousin le DHA, il renforce notre système vasculaire et permet un meilleur fonctionnement du système cardio-vasculaire.

La combinaison EPA/DHA semble fonctionner pour le traitement de la dermatite atopique. (lien)

Votre organisme utilise l’EPA pour synthétiser des molécules appelées eicosanoïdes qui permettent – entre autre – de réduire l’inflammation.

Où trouver des Oméga-3 ?

Dans votre alimentation, vous pouvez trouver des oméga-3 principalement dans les produits gras de la mer, ainsi que dans certains végétaux tels que les graines de chia, les graines de lin, les noix, et leurs huiles végétales. Vous devez en consommer de manière chronique, ce genre de produit est toujours intéressant. 

On en trouvera également dans la bonne viande (nourrie à l’herbe qui a pâturé et dont l’éleveur à pris soin), ainsi que dans les œufs de poules nourries au lin (marque bleu-blanc-cœur), qui peuvent se balader au sein de la ferme librement (de plein air).


Les significations 

En outre, un autre facteur très important, est celui des émotions. A chaque fois ou presque que je rencontre quelqu’un qui a de l’eczéma, je lui demande les chocs psychologiques et émotionnels qu’il a pu rencontrer.

On peut faire un décodage biologique pour savoir d’où il vient.

L’eczéma de manière générale indique la séparation.

Selon Estelle Daves, on souffre de ne pas pouvoir faire ce que l’on aime. C’est un manque de motivation pour les tâches que l’on réalise quotidiennement.

Est-ce que votre travail vous correspond ? C’est peut-être un signe que ce que vous faites ne vous correspond pas, et qu’il faut changer cela.

Il faut donc de faire une introspection, peut-être un bilan de votre situation professionnelle, pour voir ce qui pourrait vous convenir, voire même envisager une reconversion. Pourquoi pas ?

Choisis un travail que tu aimes, et tu n’aura pas à travailler un seul jour de ton existence. Confucius.

S'il est très gênant, pensez donc à creuser également cette voie-là.

Deuxièmement, elle indique aussi généralement une séparation vis-à-vis du père. Est-ce que vous avez été séparé de votre père, ou vous le voyez tout simplement moins ?


Enfin, le stress oxyde l’organisme, et il augmente la réponse inflammatoire, ce qui est le cas dans la dermatite.

Pour traiter le stress, il y a plusieurs voies qu’il faut explorer : déjà votre alimentation joue un rôle important dans votre bien-être mental.

Cependant, c’est toute l’hygiène globale qui est à revoir : votre sommeil, votre activité physique, ainsi que les schémas mentaux que vous avez construits jusqu’ici.

Le stress est avant tout en lien avec nos pensées. Sans le savoir, vous avez plus de 60 000 pensées qui vous traversent l’esprit chaque jour.

Si, vous répétez certains schémas de pensées, alors le stress augmente. Certains stress sont utiles et il faut bien comprendre l’intérêt du stress.

C’est une conception faite pour prévenir un danger, et ainsi assurer la survie de l’individu. Ainsi lorsque l’on rencontre un danger, les glandes surrénales produisent de l’adrénaline, puis ensuite du cortisol au bout de quelques minutes.

Cette production d’hormone est utile pour réagir face au danger, mais conçu pour de vrais dangers, c’est-à-dire lorsque l’homme de Cro-Magnon rencontrait un tigre à dent de sabre. Il devait mobilier son sang dans ses membres, et dans sa tête, trouver plus de force pour soit se défendre, soit fuir. Et ainsi survivre.

De nos jours, cela est bien différent, puisque le stress est déclenché par des dangers qui ne sont pas vraiment là. Ce sont des conceptions basées sur des croyances, qui elles, sont engendrées par nos schémas de pensées.

Prenons un exemple simple : si vous pensez que vous avez 10 euros sur votre compte en banque, et qu’on vous en demande 500, vous allez déclencher un stress sur cette seule croyance. Vous imaginez avoir 10 euros, alors qu’en réalité, vous avez 1500 euros, vous venez de recevoir votre paie.

La donne est totalement différente. Pourtant, le stress est fondé sur une croyance qui était fausse. Retrouver le contrôle de ses pensées, se préparer, et s’organiser sont des moyens d’éviter les stress, qui n’ont pas lieu d’être.

Ce sont nos pensées répétitives qui nous créent du stress. Ajoutez à cela la pression que l’on vit dans le monde du travail de nos jours, et l’envie d’être parfait, et vous avez la recette idéale pour le schéma de pensées qui génère du stress.

Les recherches récentes montrent que le microbiote et les intestins au sens large, impactent également les émotions. On dit même que le ventre est le deuxième cerveau, certains affirment même qu’il serait le premier.

Plus les intestins sont poreux, et le microbiote en dysbiose, plus les individus auraient des troubles émotionnels tels que l’anxiété, le stress, la dépression.

Que faut-il faire ? Travailler votre alimentation, votre hygiène au sens large même, et surtout travailler sur les schémas mentaux.

La méditation apporte également un apaisement, une meilleure confiance en soi, et donc une gestion du stress plus élevée. Si pour vous, méditer est difficile, pensez à certaines applications comme Petit Bambou.


En conclusion

L’eczéma dyshidrosique comporte de nombreux facteurs et il faut tous les prendre en compte et d’établir les causes en fonction de vous-même. Il peut venir d’émotions, d’un problème de dysbiose, d’alimentation…

Ce qui est sûr c’est qu’il est très difficile à vivre, car sur les doigts, les crevasses et plaies empêchent de réaliser un bon nombre de choses.

Il existe des remèdes de grand-mère, telles que les huiles végétales, certaines huiles essentielles, cependant vous avez compris qu’il est crucial de changer son hygiène avant toute chose pour obtenir des résultats sur le long terme.

Pour ce faire, vous pouvez consulter un naturopathe qui saura vous aiguiller sur votre hygiène de vie, et vous proposer les solutions à mettre en place pour améliorer votre hygiène et vous débarrasser de vos problèmes.

Avant de partir, partagez cet article ❤️

0 shares

Ancien eczémateux, Charles s'est passionné de nutrition et des mécanismes de santé naturelle. Il aide maintenant les personnes ayant de l'eczéma a mettre en place une meilleure hygiène de vie.

En savoir plus

Charles


Ces articles peuvent également vous intéresser :


✅ Laissez un commentaire

  • […] Connue pour ses nombreuses propriétés, l’huile de coco a des fonctions antimicrobiennes et hydratantes. En effet, elle diminue les rougeurs et lutte contre la sécheresse de la peau. L’utilisation de l’huile de coco guérit de l’eczéma. Pour ce faire, il suffit de chauffer de l’huile de coco vierge. Ensuite, appliquez cette dernière sur la partie atteinte. L’application de l’huile est faite avant le coucher sur plusieurs jours jusqu’à obtenir un résultat satisfaisant. Pour plus de renseignements, vous pouvez visiter le lien suivant : https://eczema-atopique.com/eczema-main. […]

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >