L’institut Pasteur évoque une piste prometteuse et naturelle pour réduire les allergies

Comme sur ce blog, on parle d’eczéma, on va parler allergie.

Eczema : allergie ou maladie auto-immune ?

Nombre d’entre vous me demandent si la dermatite atopique est d’origine allergique, ou bien auto immune. Et pour ça il convient de bien faire la différence entre les 2.

Une allergie, c’est une défaillance de notre système immunitaire. Il perd de la tolérance face à des agents externes, qui à priori inoffensifs. Et donc il va réagir comme face à un agent pathogène (un virus, une bactérie, un germe…).

De nombreux allergènes ont été répertoriés, et sont clairement connus. Mais ça ne veut pas dire que c’est une liste exhaustive.

En réalité, ceux qui sont connus sont des molécules qui ont plus souvent donné lieu à des réactions allergiques que les autres.

Mais vous pouvez être allergique à une molécule qui n’est pas de base, considérée comme allergène.

Les maladies auto-immunes, c’est aussi un problème de système immunitaire, sauf que dans ce cas précis, il s’attaque à ses propres tissus.

Il va ainsi considérer ses propres tissus comme néfastes et donc les attaquer, et non pas les agents externes comme dans l’allergie.

Mécanisme de l’allergie.

Les deux types de maladies sont à prendre très au sérieux.

Et l’eczéma atopique, est une allergie. Le terrain de base de l’atopique, c’est le même que celui de l’allergie, et de l’asthme. Les 3 sont souvent liés.

Par exemple, j’ai un terrain allergique depuis enfant sur les chats, et les pollens et j’ai tendance à faire de l’eczéma si je ne fais pas attention à mon mode de vie.

Dans le cas de l’eczéma, lorsqu’une molécule extérieure va venir sur la peau, une réaction inflammatoire va apparaître. C’est là que les rougeurs et les démangeaisons apparaissent . Les peaux atopiques sont de base, très sèches, nous manquons de lipides, et l’eau ainsi, peut s’évaporer.

Selon l’INSERM, on estime que près de 30% de la population est touchée par une allergie de près ou de loin. Et la prévalence a carrément explosé ces dernières années.

Concernant l’eczéma, ce sont les lymphocytes T qui sont responsables de la réaction allergique, contrairement à la plupart des allergies, ou ce sera dû aux anticorps.

Le corps n’a plus l’habitude d’être soumis à des agressions extérieures, notamment car nous aseptisons tout, et empêchons nos enfants de trop se salir (il a d’ailleurs été démontré qu’il est sain pour l’enfant de jouer dans la terre, ou d’avoir des animaux, pour être soumis à tous ces agents, et s’y habituer). On a remarqué que la prévalence des allergies augmente dans les pays développés.

Et comme il a perdu cette habitude, sa réaction est disproportionnée. De la même manière que si vous n’avez plus l’habitude de faire du sport, vous allez avoir des courbatures.

Là où les allergènes iront, des lymphocytes T les suivront, et déclencheront une réponse : un liquide inflammatoire (car l’inflammation permet un afflux de sang, et donc permet de réparer le tissu qui est normalement endommagé) entre les cellules.

Ce liquide va former un oedème, et des vésicules. C’est lui qui sera à l’origine des rougeurs et … des démangeaisons.

C’est pour cette raison que l’on applique des corticoides locaux : ils sont de puissants anti-inflammatoires.

On va faire baisser l’inflammation locale, et revenir à la normale. C’est utile pour éteindre le feu, mais il faut absolument trouver des solutions alternatives lorsque l’on n’est pas en crise, tout simplement parce que cela habitue le corps à avoir une “dose” quand il y a une crise, et que cela n’agit pas sur la cause.

C’est, selon les dermatologues, inoffensifs, cependant de plus en plus de patients attestent avoir une forme d’addiction nommée TSW (Topical Steroid Withdrawal) ou encore Red Skin Syndrome (Syndrome de la Peau Rouge).

Lors de l’apparition d’un allergène, les lymphocytes arrivent, et libèrent des cytokines. Ces cytokines sont responsables des réactions inflammatoires locales. Mais il y a également les igE : ce sont des protéines qui vont, en se fixant sur d’autres cellules, vont produire d’autres cytokines, notamment la fameuse histamine.

C’est pour cette raison que l’on administre parfois des anti-histaminiques. Encore une fois, ce n’est pas la bonne solution pour moi, étant donné qu’il est préférable de trouver la cause à cela.

50% des traitements aux USA sont des anti histaminiques. On note que 11% utilisent un remède naturel.

Comment la diagnostiquer ?

Généralement, il faut passer des tests où l’on vous applique les allergènes sur la peau, et on regarde la réponse après quelques temps.

Mais là où ça se corse, c’est que l’on ne peut pas tout tester, et parfois il s’agit de combinaisons.

Par exemple, à l’époque, mon allergologue, m’avait expliqué le cas d’un patient à lui, un pompier, qui avait développé une allergie au kiwi, mais seulement lorsqu’il allait courir ensuite.

Donc impossible à savoir avec des tests, mais il s’agit là plutôt d’une observation.

De plus, l’atopie c’est un peu plus complexe que là, car il s’agit d’une inflammation localisée mais on ne sait pas toujours déterminer comment elle est apparue à tel endroit sur le corps. Cela peut-être dû à un aliment, ou encore un allergène présent dans l’air, à cause de la pollution.

La prévalence ayant augmenté avec nos modes de vies modernes, c’est très certainement lié à ceci.

Mais c’est difficile à dire, car depuis 30 ans, nos modes d’alimentations de nos nourrissons ont également bien évolué, ce qui serait une des causes selon les scientifiques. Il y aurait également le manque d’exposition à des allergènes et agents pathogènes.

Que faire pour les allergies ?

La première chose, c’est de voir un allergologue pour faire des tests.

Si les tests ne sont pas concluants, pas d’affolement, ça ne veut pas dire qu’il n’y a rien (mais il faut envisager toutes les pistes).

Il faut ensuite tester par vous-même, et noter vos réactions.

C’est la phase la plus pénible, très clairement, mais vous pourriez faire de belles découvertes en faisant ça. Donc l’idée, c’est déjà de tester ce qui arrive sur votre peau (cosmétiques).

Très clairement, si c’est une réaction (atopie) aux polluants de l’air, alors c’est très compliqué de savoir, et impossible à retirer (à moins d’aller vivre dans une grotte).

Donc là, reportez-vous plutôt à mon dernier paragraphe (ainsi que tous les autres conseils du blog).

Lorsque l’allergie est déjà identifiée, par exemple, les pollens, alors vous pouvez vous préparer. Généralement on donne des anti-histaminiques, mais comme on l’a vu plus haut, on préfèrera des alternatives naturelles ET travailler sur la cause autant que faire se peut.

Infographie: Les principales causes d'allergies en France | Statista

3 choses à faire pour vous préparer au rhume des foins du printemps

  1. Prenez des oméga-3 : ils ont, de par leur action anti-inflammatoire, des effets notoires de préventions des symptômes des allergies, commencez bien sûr avant que la saison ne démarre, en prévention. Ils ont également un effet très important sur l’eczéma.
  2. Prenez de la vitamine C : on la connait bien, et malheureusement, elle s’oxyde très vite. Elle est hydrosoluble (donc dans l’eau, si vous faites cuire vos légumes à l’eau) et supporte pas les températures excedant 40°. Donc c’est bien de se complémenter.

    Si possible, prenez de la vitamine C liposomale, qui est bien plus assimilable. Elle a également une action anti-inflammatoire, et anti-oedemateuse au niveau de la microcirculation, ce qui en fait aussi un parfait candidat à la guerre contre l’eczéma
  3. Prenez du zinc : la plupart des allergiques manquent de zinc surtout les enfants allergiques à peau sèche. Comme il stabilise les membranes cellulaires, et empêche la sécretion d’histamines par les mastocytes

Les différents types d’allergènes

Les aero-allergènes

Il s’agit des acariens, pollens, moisissures, et différents poils qui volent dans l’air et qui sont très difficiles à éviter comme ils sont présents dans l’air.

Les venims

Abeille, guêpe, frêlons. Leurs piqûre peut déclencher un choc anaphylactique mortel si la réaction n’est pas rapide (vite appeler le 15 ou le 18). Une administration de corticoides est impérative pour baisser la réaction allergique tellement elle est forte.

Les médicaments

Eh oui, certains médicaments peuvent eux-aussi déclencher des allergies. Il faut le savoir, bien penser à le dire à son médecin si c’est le cas. C’est le cas de certains antibio et anti-inflammatoires. Si vous avez une réaction à un médicament, surtout prévenez votre médecin immédiatement.

Les trophallergènes

Ce sont tous les allèrgènes qui pénètrent à l’intérieur du corps par l’alimentation. Il faut savoir que l’on peut déclencher une allergie avec n’importe quel aliment, mais certains aliments ont plus de chances d’en déclencher, statistiquement (fruits de mers, oeufs, arachides sont les plus connus).

Les allèrgènes de contact

Ce sont tous ceux qui déclencheront une réaction sur la peau (eczéma, prurit, urticaire…) lors d’un contact direct. C’est assez facile à identifier et à contrer. On a le nickel et le chrome, le latex, et certains cosmétiques & parfums.

Une piste pour améliorer la réponse immunitaire des allergies

Selon l’Institut Pasteur, c’est dû à une diminution du contact avec des microbes au cours de l’enfance. Cela a été démontré par des études épidémiologiques qui ont constaté que les enfants qui grandissent à la campagne (et donc au contact des animaux), développent moins d’allergies.

A l’inverse, des souris traitées par antibiotiques et dont la flore intestinale a été dépeuplée, contractent plus d’allergies. Une étude a démontré que les microbes présents dans la flore intestinale agissent sur le SI pour “bloquer” les allergies.

On a également cet article de l’INSERM, qui montre que la consommation de prébiotiques (des sucres qui sont la nourriture des probitioques, composant notre microbiote) permet d’améliorer la tolérance du SI en cas de contact avec un allergène.

L’expérience a été menée sur la souris, et des tests sont à présent en cours sur l’homme.

Et de mon expérience personnelle, bien sûr ce n’est pas une étude clinique, ni un résultat d’analyse de statistiques, mais je l’ai aussi personnellement constaté.

J’étais allergique aux chats et aux pollens, et depuis que je fais attention, non seulement mon eczéma à disparu, et mes allergies aussi !

J’étais très allergiques aux chats, je ne pouvais pas me tenir dans la même pièce, or maintenant, je peux les carresser sans qu’aucun symptome allergique (éternuements, yeux qui gonflent, palais qui gratte) n’apparaissent.

Donc c’est une bonne piste à creuser, bien que les 2 articles que je vous ai cité plus haut parlent de l’enfance, voire même de la toute petite enfance, je pense qu’il y a quelque chose à faire, même lorsque l’on est adulte !

Charles

A propos de l'auteur

Ancien eczémateux, Charles s'est passionné de nutrition et des mécanismes de santé naturelle. Il aide maintenant les personnes ayant de l'eczéma a mettre en place une meilleure hygiène de vie.

Charles

Avant de partir, partage cet article ❤️


Ces articles peuvent également t'intéresser :


✅ Laisse un commentaire

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>