Sélectionner une page

Un autre piste pour guérir de l’eczéma : l’alimentation vivante

L’eczéma est l’une des maladies de peau les plus fréquentes qui ferait ainsi l’objet de plus de 30% des consultations en dermatologie. Non contagieuse, elle se manifeste par une inflammation caractérisée par l’apparition de rougeurs, de squames, de vésicules assez fines ainsi que de démangeaisons importantes.

La maladie touche autant les adultes qu’il peut être la cible des enfants, même chez les nourrissons pour atteindre dans les pays industrialisés 15 à 30% des enfants et 2 à 10% des adultes. De récentes recherches ont démontré que les cas d’eczéma ont d’ailleurs doublé depuis 30 ans.

On constate chez les personnes sujettes à cette maladie des séquences d’exacerbation qui sont appelées des poussées d’eczéma où les symptômes se renforcent nettement. Ces séquences sont de durées variables qui sont fonction des individus.

Le mode opératoire de l’eczéma est encore mal défini par la communauté médicale, mais les études ont montré qu’il serait la conséquence d’une action du système immunitaire à travers les cellules de la peau qui deviennent alors comme une barrière de protection contre un élément allergène.

Les types d’eczéma

Il existe plusieurs types d’eczéma dont trois grands types très répandus : l’eczéma de contact, l’eczéma séborrhéique et l’eczéma atopique. Le premier type touche particulièrement les adultes. L’eczéma de contact découle du contact prolongé ou répété de la peau avec une substance sensibilisante comme peuvent l’être par exemple certains métaux ou certaines matières.

Il est ainsi possible d’obtenir des réactions d’eczéma lorsqu’une personne sujette à cette maladie manipule des pièces de monnaies par exemple ou encore du caoutchouc.

A travers ce contact, une réaction du système immunitaire s’enclenche et tente de combattre l’élément allergène en produisant des substances inflammatoires comme par exemple l’histamine ce qui a pour effet direct d’engendrer des rougeurs à certains endroits de la peau et de participer à la formation de cloques.

Le deuxième type d’eczéma, l’eczéma séborrhéique, se manifeste par l’apparition de plaques de peaux grasses et jaunâtres sur le cuir chevelu.

Il peut autant toucher l’enfant que l’adulte, et provoque également chez ce dernier une arrivée importante de pellicules. Toujours chez l’adulte, ce type d’eczéma peut se propager sur le visage mais aussi sur la poitrine et les épaules et s’accompagner d’une infection aux champignons.

L’eczéma atopique est un type d’eczéma très répandu chez les enfants et les nourrissons qui sont nés au sein d’une famille composée de personnes sujettes aux allergies. Le déclenchement de ce type d’eczéma se fait par le contact avec un allergène qui est souvent dans l’air, comme la poussière ou le pollen par exemple.

L’eczéma atopique doit faire l’objet d’une attention soutenue des parents, dans la mesure où les enfants ont la malencontreuse tendance à se gratter ce qui peut renforcer les symptômes.

Les principales zones concernées sont les joues, les coudes ou encore les genoux. Il a également été prouvé que des allergies alimentaires peuvent être la cause de ce type d’eczéma à travers des produits comme le gluten, le soja ou les produits laitiers.

L’alimentation vivante comme solution contre l’eczéma

Parmi les différents traitements existants pour tenter de soigner l’eczéma, le rôle de l’alimentation, au-delà de la suppression de produits provoquant des allergies alimentaires, est assez mésestimé.

Or, l’eczéma est avant tout une inflammation cutanée, la peau étant le plus important des émonctoires que possèdent le corps humain.

Si la peau est mise a rude épreuve à travers cette inflammation caractérisée, c’est qu’elle tente de faire sortir des toxines en grande quantité, ce qui provoque l’apparition de rougeurs et autres squames par exemple.

Or, si la peau devient l’émonctoire principal de notre corps, cela signifie que les autres émonctoires que sont les intestins, les poumons et les reins ne remplissent pas pleinement leur rôle d’élimination, rôle qui est alors pris en charge en quasi totalité par la peau.

A partir de ce constat, il convient de préciser qu’il y a deux solutions pour combattre l’eczéma à travers l’alimentation, solutions qui vont d’ailleurs s’additionner.

Il faut tout d’abord réduire de manière importante la présence de produits provoquant la formation de toxines dans notre corps, dans la mesure où moins il y a de toxines présentes dans notre corps et moins il y aura à les évacuer, notamment par la peau.

La présence de ces toxines qui cherchent à être évacuées sont le fait de facteurs endogènes (l’activité cellulaire produisant naturellement de l’acidité) mais également et surtout exogènes à travers la quantité importante de produits non physiologiques que nous consommons à travers notre alimentation.

Ainsi, il convient de privilégier les aliments physiologiques, à savoir, les fruits et les légumes crus, afin de réduire la quantité de toxines dans notre corps et donc de réduire ce phénomène important d’évacuation qui s’illustre avec l’eczéma.

De plus, si la peau est l’émonctoire privilégié pour la sortie de ces déchets en s’exprimant à travers la présence d’eczéma, cela signifie que les autres émonctoires ne remplissent pas leur rôle et sont défaillants.

La raison peut par exemple être une faiblesse de la sphère rénale qui ne remplit plus pleinement son rôle, le balayage intestinale qui est anormal et qui empêche une évacuation optimale, ou encore une mauvaise activité des poumons et des bronches qui sont peut-être encombrés.

Or, la meilleure façon de pouvoir régénérer ces organes et les cellules qui les composent est avant tout de leur permettre de se débarrasser de l’acidité dans laquelle ils baigent, c’est à dire en leur apportant des matériaux alcalins qui sont principalement présents dans les fruits et les légumes crus.

On peut par exemple citer tous les fruits et légumes qui permettront de drainer les organes comme l’orange, la pastèque, le concombre ou la carotte et donc de pouvoir régénérer l’environnement cellulaire dans son ensemble.

Un des très bons moyens de pouvoir consommer des fruits et légumes crus en grande quantité est d’utiliser une machine adaptée comme l’extracteur de jus par exemple.

Notons qu’enfin un rythme de sommeil adapté, une exposition au soleil régulière et la pratique d’une activité sportive sont autant de démarches qui permettront également d’aller dans le sens d’un rééquilibrage du taux d’acidité dans le corps.