octobre 20

0 comments

Comment votre microbiote affecte l’eczéma

La plupart des maladies dites de civilisation sont dues à la même chose : un mode de vie délétère qui ne prend pas soin de notre milieu intérieur. 

Ne partez pas : j’ai de bonnes nouvelles pour vous !

En naturopathie, on parle des émonctoires, en médecine on parle de plus en plus du microbiote. On se rend compte qu’ils ont un rôle ENORME dans la bonne santé des individus. 

Et qu’ils doivent être en bonne santé pour bien assurer leur fonction, et donc permettre à l’individu une bonne santé. 

Les intestins sont ainsi un organe très relié aux problèmes de peau, par deux fonctions principales : le microbiote qui le compose, ainsi que la paroi intestinale.

Ces deux principes sont liés, bien qu’ils ne soient pas la même chose.

Qu'est-ce que le microbiote ?

Le microbiote. 

Il s’agit de l’ensemble de la flore qui se loge dans nos muqueuses : bactéries, virus, microbes, champignons. 

Sur chaque muqueuse, nous avons un microbiote. Le plus connu, et le plus important est celui des intestins. Il serait composé de 1012 à 1014 micro-organismes, soit 2 à 10 fois plus que le nombre de cellules qui constituent notre corps. 

Il pèse près de 2 kg, et alors qu’on a longtemps considéré le microbiote comme néfaste, on se rend maintenant compte que nous sommes en symbiose avec ce dernier.

Cependant, il est un équilibre précis entre des bactéries dites bénéfiques, et les bactéries pathogènes. En effet, les bactéries bénéfiques jouent un rôle dans le bon fonctionnement de notre organisme.

Elles fonctionnent en symbiose avec notre organisme : nous leur apportons ce dont elles ont besoin, et vice versa. Elles ne nous prennent rien dont nous ayons besoin, mais vont au contraire traiter certains de nos déchets.

Alors que les bactéries pathogènes ont besoin de certains éléments dont nous avons également besoin. Elles relâchent ensuite des éléments qui nous sont néfastes (toxines). 

Il y a un équilibre entre ces deux types de bactéries, et notre mode de vie actuel le compromet fortement. Les bactéries pathogènes prennent le dessus, et ainsi les problèmes de santé commencent à s’accumuler. 

Nous avons un microbiote au niveau de la peau, des poumons, du vagin, ORL, et urinaire… Chaque partie en contact avec “l’extérieur”. 

Le microbiote commence dès la naissance. 

Lorsque l’enfant naît, le microbiote vaginal de la maman est déposé partout sur son corps, ses lèvres, et la colonisation se fait ensuite petit à petit.

On sait qu’il joue maintenant un rôle dans les cas de dermatite pour bébés.

Quand le bébé naît par césarienne, alors la colonisation initiale n’a pas lieu. Cela se fera beaucoup plus longuement, et peut déclencher des problèmes de santé à court ou moyen terme. 

Il va ainsi évoluer jusqu’à ses 2 à 3 ans, pour arriver à une phase de maturité. 

Sa composition est unique et propre à chaque personne. On arrive maintenant à distinguer des colonies similaires en fonction de l’environnement où l’individu se trouve, mais il y a toujours des différences.

Il y a environ entre 160 et 1200 espèces de bactéries différentes (les sources ne sont pas d’accord sur ce point) qui composent le microbiote d’un individu sain, environ la moitié peuvent se retrouver d’une personne à une autre. 

On distinguerait 15 à 20 especes qui composeraient un socle commun permettant les bonnes fonctions de l’organisme.

Les antibiotiques l’affaiblissent

antibiotiques affaiblissent le microbiote

Etant donné que les antibiotiques tuent les bactéries sans distinction, une prise d’antibiotique peut dérégler notre microbiote. 

Ils se nourrissent des fibres que nous mangeons que nous appelons des prébiotiques. Comme notre alimentation est de moins en moins pourvue de fibres (aliments raffinés, de moins en moins de fruits et légumes), notre flore bénéfique s’affaiblit. 

En revanche, la flore pathogène se nourrit des sucres que nous ingérons, et commence ainsi à prendre de l’ampleur.

La dysbiose arrive. 

La dysbiose c’est lorsque la flore se déséquilibre. Les bactéries pathogènes commencent à prendre le dessus, et une sur-prolifération a lieu. 

C’est le début des problèmes. 

Le rôle du microbiote 

Comme nous le disions un peu plus tôt, il est parti prenante d’une bonne santé, car il nous sert notamment à :

  • Assurer la fermentation de certains substrats et résidus alimentaires que nous ne savons pas digérer par nous-même
  • Sécréter certaines enzymes dont nous ne sommes pas pourvu pour faciliter l’assimilation des nutriments
  • Améliorer la synthèse de certaines vitamines (K, B12…)
  • Réguler plusieurs voies métaboliques telles que l’absorption des acides gras, du magnésium et du calcium… 
  • Développement de la muqueuse intestinale 

Il agit également sur le fonctionnement de l’épithélium intestinal : on constate chez des animaux sans microbiote, que la motricité intestinale est ralentie, et que le réseau sanguin qui l’irrigue est moins dense. 

Cependant, le système vasculaire a un rôle important dans l’arrimage des cellules immunitaires dans la paroi intestinale, mais aussi dans le métabolisme nutritionnel et hormonal

Le microbiote participe au bon fonctionnement du système immunitaire intestinal, et ce dernier a un rôle prépondérant dans la dermatite atopique.

Il est très important pour lutter contre les antigènes que les intestins reçoivent en permanence.

Notre immunité intestinale est capable de distinguer les bactéries commensales des bactéries pathogènes.

Ainsi elle ne s’en prend qu’aux “mauvaises” bactéries. 

L’eczéma est une maladie d’allergie, d’ailleurs le terrain allergique est lié avec l’eczéma (et l’asthme), et l’allergie est une réaction de notre système immunitaire. 

Déréglé, il s’en prend à un peu tout, et un peu trop facilement. Certains parlent de maladie auto immune, c’est le cas quand le système immunitaire s’en prend aux cellules saines du corps, pensant qu’elles sont un danger.

Mais dans les cas d’eczéma, il va s’en prendre à certains antigènes qui sont passés dans le milieu intérieur. 

Et aussi à certains éléments qui se retrouvent sur la peau. Il va sur-réagir au lieu d’ignorer ceux-ci (la peau nous protège). 

Nous avons également un microbiote cutané, et celui-ci serait lié au microbiote intestinal. 

Vous aimerez aussi : Comment faire un nettoyage du côlon.

femme avec une belle peau

Comment le microbiote impacte l’eczéma 

La dermatite atopique est basée sur 2 fonctions de l’organisme qui sont déréglées : le rôle de barrière et la réponse immunitaire

Nous associons la dermatite atopique à un mauvais équilibre entre les 2 voies du système immunitaire (Th1/Th2), ce qui nous fait sécréter plus de Th2 et donc plus d’IgE, et un plus grand nombre de bactéries S. Auréus sur le microbiote de la peau. 

Certaines études démontrent qu’un microbiote sain influence aussi la bonne santé de la peau, même chez des personnes n’ayant pas d’eczéma. Une supplémentation en Lactobacillus paracasei réduirait la sensibilité de la peau et la perte d’eau chez les adultes en santé. 

Le microbiote cutané influence la barrière cutanée en contrôlant certains facteurs comme le pH de la peau, l’humidité, la température, ainsi que le contenu en lipide. 

Si la barrière cutanée est “cassée”, alors elle ne remplit pas son rôle : les antigènes peuvent passer au travers, et c’est ainsi la catastrophe : le système immunitaire déclenche un processus d’inflammation pour réparer. 

La dysbiose cutanée pourrait dérégler l’homéostasie de la peau, et ainsi induire des problèmes tels que l’eczéma. 

retablir le microbiote

Comment rétablir un bon microbiote 

Le microbiote se “crée” depuis la naissance, et arrive à une phase de maturité vers le milieu de l’enfance. Il est donc fortement influencé par ce qu’il nous arrive à ce moment. 

Par exemple, avoir été allaité ou encore avoir pris des antibiotiques, être né par césarienne ou par voie basse, avoir eu des animaux de compagnie, ont des impacts sur la colonisation des intestins par ces bactéries.

Selon l’équilibre créé, cela va impacter notre système immunitaire qui réagira ensuite différemment. 

Les probiotiques

De plus en plus “à la mode”, on se rend compte de leur importance pour repeupler nos intestins, et ainsi rétablir l’équilibre.

Des laboratoires créent toute sorte de probiotiques, en prendre est une bonne solution pour essayer de rétablir la dysbiose qui se passe dans nos intestins.

Un bon équilibre de la flore intestinale permet également de réguler la bonne perméabilité de la paroi intestinale. Ainsi, si les macro-molécules ne passent plus dans nos intestins, alors elles sont évacués “proprement”, et les problèmes d’eczéma disparaissent.

Comment savoir si ça fonctionne vraiment ?

Il est important – selon moi – de faire une cure assez longue (au moins 6 mois) avec de bonnes dose de probiotiques (50 Mds UFC si possible). 

On peut également consommer des aliments fermentés sur une base régulière comme la choucroute, les carottes fermentés, le kéfir, le kimchi, le miso, le tofu lactofermenté.

Les prébiotiques

C’est la nourriture de la flore. En la nourrissant, vous participez à son bon fonctionnement, et permettez son développement. 

Fibres et microbiote
Petit dej plein de fibres

C’est une excellente solution, car au lieu de rajouter des poissons dans votre aquarium à chaque fois qu’ils meurent, vous les nourrissez pour qu’ils restent en vie et se développent. Ainsi ils vont se reproduire, et “coloniser” l’aquarium.

C’est la même chose.

Les prébiotiques sont des fibres insolubles, que l’on va retrouver dans les fruits, les légumes, les céréales, et les légumineuses (complètes). 

En mangeant ainsi une bonne quantité de ces produits, vous vous assurez un bon maintient de votre flore… si elle est déjà relativement saine. Ce qui n’est pas toujours le cas. 

Il faudrait environ 36g de prébiotiques par jour, pour une dose thérapeutique, lorsque nous en consommons environ 15g avec une alimentation saine. 

On peut donc penser à se complémenter, cependant, on va se tourner vers les produits les moins chers, à savoir l’inuline. 

Le problème de l’inuline c’est qu’elle occasionne beaucoup de maux de ventres lorsque l’on en prend plus de 3g par jour. 

Il est donc plus intéressant de penser à des fibres différentes (FOS, GOS, XOS), qui joueront un bon rôle thérapeutique.

Les fibres, c’est la santé : attention tout de même.

Je suis un fervent défenseur des fibres. Elles représentent un véritable atout santé. Cependant, si vos intestins sont déjà irrités, elles pourraient vraiment vous irriter encore plus. 

Dans ce cas là, il est intéressant de plutôt réparer vos intestins au préalable, sinon, bonjour les dégâts. 

Ensuite, cela dépend de si vous avez une candidose ou non.

En cas de candidose, on évitera de le nourrir, et il faudra entamer une démarche spéciale contre la candidose (qui est un facteur d’eczéma, donc ne surtout pas la négliger). 

Il se peut que cela fermente, c’est normal, mais cela peut-être désagréable : il faut trouver le bon type de fibre, rétablir petit à petit sa muqueuse intestinale, et son microbiote.

En espérant que cela vous ait plus, posez vos questions, vos remarques ci-dessous ! 

Sources :

Avant de partir, partagez cet article ❤️

0 shares

Tags


Ces articles peuvent également vous intéresser :


✅ Laissez un commentaire

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Formation accélérée 100% gratuite

Ma méthode en 6 étapes contre-intuitives pour apaiser vos démangeaisons et enfin retrouver le bien-être.

>